lettre mensuelle

lettre mensuelle envoyée par association apis campus uns valrose

février 2017

Newsletter category: 
 
Bonjour à Toutes et à Tous,

Le mois de février qui marque la sortie de l'hiver est toujours un mois critique pour les abeilles et cette année en particulier puisque la saison dernière a été assez mauvaise. Pris par nos occupation professionnelles nous n'avons pas été en mesure de surveiller d'assez près nos colonies. Lors de notre dernière sortie du 10 mars nous avons eu la tristesse de constater que 4 d’entre-elles s'étaient éteintes.  L'observation de l'intérieur de ces ruches nous permet de dire que pour au moins de deux d'entre elles il s'agit d'un manque de ressources puisque les abeilles étaient mortes à l'intérieur de la ruche sans miel ni pollen. Par contre pour les autres ruches il s'agit plus vraisemblablement d'une contamination importante de Varroas puisque celles-ci étaient vides, les abeilles mortes au pied la ruche, des rayons encore plein de miel et de couvain lui-même contaminé par des varroas (vus au microscope après extraction des larves). Par contre nous avons pu constater au cours de cette sortie que les 3 colonies restantes se portent plutôt bien et que la plus grosse (la ruche connectée), a toujours d'importantes réserves de miel ce qui garantit sa pérennité pour l'avenir.
Je vous rappelle, que les saisons se répétant inexorablement d’année en année (si, si ;-D), vous pouvez consulter nos lettres des années précédentes sur le site d’Apis Campus et en l’occurrence celle de mars 2016 ainsi que les comptes rendus des sorties précédentes. Enfin vous pouvez aussi y faire des recherches par mots clés.
Nous allons bientôt organiser une nouvelle sortie atelier dans laquelle nous ferons un traitement à l'acide formique contre le varroa (traitement bio, en ligne sur le site d’Apis Campus) et un atelier dans lequel nous préparons les ruches et les cadres pour nos futurs essaims récoltés.
A ce sujet, un rayon de soleil est venu illuminer cette fin d'hiver morose, Gilles et Benoit ont eu le plaisir de récolter un première essaim. Il s’agit d’un gros essaim (env. 20 000 abeilles) récolté Avenue Joliette au même endroit où nous avions récolté un autre essaim l’an dernier. En effet, il y a là une colonie sauvage installée dans une cheminée et qui essaime régulièrement. Vous trouverez des photos de cette cueillette ci-dessous. Suite à la collecte de cet essaim, nous avons nourri le cheptel avec du sirop lourd. Il est en effet conseillé de nourrir rapidement un essaim fraichement cueilli car celui-ci est dépourvu de ressource pendant quelques jour et cela l’incite à rester dans sa nouvelle demeure. Concernant les 2 colonies les plus faibles, un peu de nourrissement en sortie d’hiver stimulera  la reine à pondre.
 img_20170314_133012_0.jpgimg_20170314_133138_0.jpgimg_20170314_142302.jpg

Comme vous avez pu le lire dans les mails que vous nous avons nous vous avons récemment envoyés, notre projet de lutte contre le front de asiatique a été retenu par le crédit agricole et nous avons donc besoin du soutien de tout le monde pour que ce projet soit financé à son maximum . Pour cela nous vous appelons a voter à l'adresse ci-dessous et à diffuser le plus largement possible afin que nous récoltions le maximum de votes : http://www.fondation-capca.com/site_fondation/index.php/participer-au-vote/
Enfin nous tenons à féliciter notre nouvelle adhérente Delphine qui a déjà construit sa première ruche Warré qui n’attend plus qu’un bel essaim ! Si comme elle vous avez vous aussi fabriqué votre propre rue n'hésitez pas à nous le faire savoir et en envoyer des images.
warre.jpg

Au plaisir de vous voir très bientôt sur le rucher.
 

décembre 2016-janvier 2017

Newsletter category: 

Chers adhérents chers adhérents,

Comme tous les mois d'hiver, ce mois de janvier a été particulièrement calme et les températures ont été relativement clémentes. Il convient néanmoins d'être très vigilant à ce que les colonies soient bien pourvues en miel et pollen pour pouvoir redémarrer correctement au printemps.
En effet vous vous souvenez certainement que le printemps et l'été derniers ont été assez catastrophiques pour la production de miel en France en général, et dans les Alpes-Maritimes en particulier ;  il en est de même pour nos chères protégées. Il faut donc être très vigilant sur les quantités de miel et de pollen à disposition des abeilles mais aussi et surtout à disposition de la reine dont la ponte est stimulée par l'apport de miel (ou de sucre).
Aussi nous vous conseillons à l'occasion d'une journée ensoleillée pour ne pas trop refroidir la ruche et si possible entre midi et deux, de faire le bilan des réserves de votre ruche. Pour être pragmatique, une colonie dans une hausse Dadan doit peser au minimum 25 kg , l'idéal étant plutôt 30-35 kg (pour évaluer le poids de votre ruche nous vous renvoyons vers la lettre de décembre 2015 dans laquelle nous décrivions l'utilisation d'un peson). Au-dessous de ce seuil de 25 kg  il faut nourrir la colonie avec du sucre Candy en bloc que vous trouvez dans les magasins en ligne ou à la coopérative de Carros (assez subtil à fabriquer soi-même mais faisable). Puis, dans les semaines à venir il faudra alimenter la ruche avec des petits volumes de  sirop de sucre dont la composition est mentionnée dans l'onglet documents du site web de l'association.
L'alimentation par petites quantités permet de subvenir aux besoins énergétiques des abeilles tout en évitant qu'elles ne stockent ce sirop de sucre au goût très moyen dans mes rayons et qu'il ne vienne contaminer votre miel au moment de la récolte.
À ce jour les ruches de valrose ont été plutôt épargnées, mais l'hiver n'est pas encore terminé ! Mais plusieurs d'entre nous ont déjà perdu une voire plusieurs de leurs ruches .
Comme vous l'aurez constaté , nous avons limité nos sorties au strict minimum ces derniers temps du fait du peu de réserves en miel et pollen des colonies en ce moment . Nous envisageons néanmoins une sortie dans les jours qui viennent pour évaluer justement l'état de ces réserves. A propos des sorties, nous vous rappelons (pour ceux qui ne l’ont toujours pas fait), que pour pouvoir être assurés sur le rucher par l’assurance responsabilité civile que nous avons contracté à cet effet à la MAE, vous devez être à jour de votre cotisation annuelle.
Au chapitre des bonnes nouvelles, la Fondation du Crédit Agricole à laquelle nous avions soumis notre projet de recherche sur le repérage des nids de frelon a retenu notre projet  parmi les 16 futurs lauréats. Il sera soumis le 27 février aux votes des internautes . Nous vous solliciterons à ce moment-là pour que vous et vos contacts puissiez voter en faveur de ce projet afin qu'il récolte suffisamment de votes pour être financé à hauteur de ce que nous espérons c'est-à-dire 9500 €.

Au plaisir de vous voir très bientôt sur le rucher.
 
 

septembre 2016

Newsletter category: 
Chers adhérents, futurs adhérents ou sympathisants,
 
Vous trouverez ci-joint notre lettre mensuelle du mois de septembre  qui figurera également sur notre site web .
 
Bonne lecture à tous !
 
L’équipe d’Apis Campus
 
_______________________________________________________________________________________________________________________________
 
Lettre mensuelle du mois de septembre.
Ce mois-ci tu aurais dû être marquée par la récolte du miel. Malheureusement, comme nous avons déjà évoqué dans la lettre précédente, les récoltes ont été catastrophique en France en général et dans le département en particulier. Ce qui vaut pour les autres vaut encore plus pour notre rucher puisque nous avons privilégié  l'amplification du cheptel (nous somme passé de 4 à 10 ruches) plus que la récolte cette année. Nous avons même commencé à nourrir les colonies les plus faibles comme par exemple l’essaim récolté début septembre qui n’a pas eu le temps de se développer comme il l’aurait dû, bien que la reine ponde normalement.
Néanmoins comme certains d'entre vous ont eu un peu plus de succès que nous à Valrose, l’association va  faire l'acquisition d'un extracteur qui sera mis à disposition de tous les adhérents. Vous pourrez ainsi venir à Valrose pour récolter votre miel. Concernant le rucher proprement dit,  peu d'évolution. La première colonie qui avait été affecté à la fosse teigne à nouveau été contaminé. Cette colonie est trop faible et elle est désormais dans l’incapacité de surveiller le volume complet du corps de ruche et d’éradiquer les papillons qui s’y introduisent pour pondre. Nous avons choisi cette fois-ci de traiter la ruche avec une mèche souffre (en plus de la congélation des cadres) qui permet de désinfecter toute la ruche (à l’exception des œufs) et nous avons déplacé le peu d'abeille restantes (dont la reine) dans une ruchette dont la taille est plus adaptés pour cette fable colonie.

L'association a été représentée à la fête du miel de la maison l'environnement de Nice nous avons fait beaucoup de rencontres intéressantes lors de cette manifestation et ça a été l'occasion, pour certains d'entre vous, d’adhérer à l’association.
14446040_1074210189353683_3700182668842024191_n_2.jpg14457537_1074210226020346_7959043735743208107_n.jpg14390808_1074207522687283_8960688118734749916_n.jpg
 
Concernant le site web , nous allons l’améliorer en incluant un lien pour l'adhésion sécurisée directe sur le site par carte de crèdit.  Nous insereront ont également une page sécurisé sur le même principe pour les dons (eh oui, l’association à déjà reçu 240€ de dons !) . Concernant les frais d’adhésion annuels et compte tenu de la santé financière plutôt satisfaisante de l'association, nous avons choisi de les baisser à 10 €. Nous ne demanderons qu’à ceux qui ont adhéré avant décembre 2015 de renouveler leur cotisation pour 2017. Nous vous préviendrons par mail dès que le paiement sécurisé sur le site sera effectif. Tout ce qui ont adhéré au cours de l'année 2016 n'auront pas adhérer pour l'année 2017 et ne le feront qu’en janvier 2018.
Nous allons fixer la date de l'assemblée générale et nous étudierons les modalités d'accès à la faculté des Sciences pour les adhérents extérieurs puisque en raison du plan Vigipirate un filtrage est maintenant effectué à l'entrée  du parc Valrose. Nous vous communiquerons cette date dès que nous aurons réglé ces problèmes de salle et d'accès. Nous proposerons également des procuration pour avoir les choix de ceux d’entre vous qui n’auront pu se déplacer.
Au chapitre des manifestation, nous vous signalement le Congrès National d’apiculture à Clermont-Ferrand du 27 au 30 octobre et le séminaire Ciag de l’INRA le 15 novembre. Si certains d’entre vous sont intéressés, merci de nous le faire savoir, nous pourrons certainement organiser des co-voiturages.
Enfin, nous vous rappelons qu’Apis Campus participera à la Fête de la Science et y tiendra un stand pour recevoir le public les mercredi 12/10 et samedi 15/10 et les scolaires les jeudi et vendredi 13 et 14/10. Si certains d’entre vous sont intéressés pour nous donner un coup de main merci de nous le faire savoir.
On peut aussi dire 2 mots des EPI….
L’équipe d’Apis Campus
Comme toujours, n’hésitez à nous contacter pour nous faire part de vos questions, de vos suggestions ou de vos critiques.
 
 A bientôt,
 
L’équipe d’Apis Campus.
 

Juillet/aout 2016

Newsletter category: 

Lettre mensuelle des mois de juillet/aout.
 
Bonjour à toutes et à tous.
 
Comme vous l'avez certainement déjà appris par les médias, cette année restera très mauvaise pour la production de miel. En effet, après un début prometteur, le printemps, particulièrement pluvieux, n’a pas favorisé le développement d’un réseau racinaire profond par les plantes, en conséquence de quoi la sécheresse cet été les a rapidement desséchées. Le miel accumulé en début de saison a donc été consommé par les colonies et n’a été stocké à nouveau qu’avec difficulté en raison de la dilution du nectar par l'abondance printanière d’eau dans les sols, le « lessivage » des fleurs écloses suivies d’une floraison estivale courte et peu abondante. La production de miel est donc 40 % inférieure à celle de l’année dernière sur l'ensemble de la France et probablement encore moins sur le département. De notre côté, une rapide évaluation des provisions supplémentaires dans les hausses des deux ruches les plus fortes nous permettrait d’extraire une dizaine de kg de miel. Toutefois, notre objectif étant plutôt de multiplier les colonies au détriment du rendement, nous répartirons, comme l’année dernière, le miel des plus fortes au profit des plus faibles afin de permettre à toutes de passer l’hiver dans les meilleures conditions.
Nos interventions cet été se sont donc essentiellement résumées à combattre le frelon asiatique qui a  fait son apparition avec une bonne quinzaine de jours de décalage par rapport à l’année dernière. Laurent, Thierry L., Jean Yves et Benoît se sont donc relayés pour combattre ce terrible prédateur à la raquette. Nous en tuons actuellement une trentaine tous les matins.

De plus nous avons également eu à faire face à une invasion de fausse teigne (Galleria mellonella) dans plusieurs ruches dont une était fortement touchée. Dans le but de se débarrasser des œufs, larves et papillons dissimulés dans les alvéoles et ensuite ré-introduire le miel et le pollen dans la ruche, nous avons congelé pendant 24h la moitié des cadres infestés après avoir chassé les abeilles (c’est mieux en le disant). Une fois décongelés, nous les avons ré-introduits dans la ruche nettoyée au chalumeau pour éliminer tout œuf ou larve éventuelle et congelé l’autre moitié des cadres. Pendant cette opération, les cadres décontaminés et les abeilles avaient été transférés dans une ruchette. La ruche est désormais exempte de toutes traces de la présence du papillon miteux mais reste particulièrement affaiblie car la reine avait cessé de pondre. Les cadres de miel réintroduits dans la ruche devraient permettre de contribuer à la régénération d’une colonie assez forte pour passer l'hiver . Un reportage sera bientôt disponible sur le site avec des photos des dégâts causés par la fausse teigne et la façon de s’en débarrasser.
 
presentation1.pptx_0.jpg

Pour clore le chapitre des fléaux, nous nous sommes rendu compte que certaines ruches présentaient une fort niveau d'infestation par le varroa et appliqué un traitement à l'acide formique. Ce parasite est présent dans toutes les colonies, il est exceptionnel de parvenir à s’en débarrasser complètement, voire illusoire de tenter de le faire tant le risque de voir disparaitre la colonie en même temps que la tique est grand, en raison de l’agressivité des traitements. Le jeu consiste donc à limiter le degré d’infestation en dessous d’un seuil dommageable pour les abeilles. L'acide formique étant très volatile au-delà de 20 degrés (il fait encore très chaud en ce moment) nous avons dû adapter le protocole du traitement et utiliser une plaque réfrigérante qui permet une évaporation plus lente de l’acide déposé sur un papier buvard ou une éponge fine et placé sous la ruche à fond grillagé afin d’effectuer ce traitement dans de bonnes conditions (lorsque la ruche ne dispose pas d’un système anti-varroa (grille), le buvard ou l’éponge fine sont introduit par la planche d’envol sous les cadres ou disposé sur les cadres). Une description détaillée de ce traitement est disponible sur le site de l’association.
 
Depuis la dernière lettre mensuelle qui faisait état de la récupération active des essaims et de colonies sauvages (un grand merci à Jean Yves, Thierry et Richard qui sont plus d’une fois venus nous assister sur le théâtre souvent compliqué du sauvetage d’abeille, ont parfois eu à agir seuls dans des conditions périlleuses mais gagnant une expérience inestimable) il est temps de faire un bilan : nous avons cueillis une vingtaine d’essaim ce printemps. Ils nous ont permis de remplir les ruches  de 12 adhérents. Plusieurs essaims installés à Valrose ont continué leur chemin sous d’autres cieux en quittant le rucher, d’autres ont périclité et certains étaient si faibles que nous avons dû les fusionner. A une exception près (désolé Nathalie ;-D), nous avons satisfait les demandes de ceux d’entre vous qui s’étaient manifestés. Aux essaims sauvages que nous cueillerons l’année prochaine, viendront s’ajouter, les essaims artificiels que nous produirons au rucher. Ceux qui souhaiteront augmenter leur cheptel ou démarrer un rucher, nous le préciserons en temps utiles et nous leur réserverons des colonies.
 
Au chapitre des financements : les versements des divers prix que nous avons obtenus au cours de l'année ont été effectués sur le compte de l'association : aussi si vous avez des suggestions de matériel ou d'investissement à faire, nous sommes ouverts à toutes vos propositions.
Nous vous rappelons que l’association participera à la fête du miel à Nice qui se déroulera le samedi 24 septembre à la maison de l’environnement de Nice (31 Avenue de Castellane, 06100 Nice) et à la fête de la Science qui se déroulera au parc Valrose du 12 au 15 octobre.
Enfin, Apis Campus a déjà un an !  Nous vous consulterons donc très bientôt par Doodle pour fixer la date de notre assemblée générale annuelle qui sera clôturée par un apéritif dinatoire.
 
Comme toujours, n’hésitez à nous contacter pour nous faire part de vos questions, de vos suggestions ou de vos critiques.
 
 A bientôt,
 
L’équipe d’Apis Campus.
 

Juin 2016

Newsletter category: 

Le mois de juin a été celui des prix et des colonies.
 
 Les essaims ont été au rendez vous début mai mais les conditions météorologiques défavorables (pluie et vent) ont contrarié les essaimages réguliers. Nous assistons toutefois à une recrudescence de sollicitations concernant la récupération de colonies sédentarisées. Pour ces locataires indésirables chez la plupart de ceux qui nous appellent, il s'agit de conduits de cheminée, mais également d'un mur percé de galeries rejoignant un espace sous le plancher, de la face postérieure d'une poutrelle métallique rouillée soutenant une terrasse, d'un pylône électrique en béton, envahis d'abeille.
Bref, dans chaque cas il nous faut adapter des solutions bien documentées sur internet. Le dispositif que nous utilisons est le chasse abeille. Qu'il s'agisse d'un objet en plastic plat à une ou plusieurs sorties, d'un cône métallique, son principe consiste à autoriser la sortie mais empêcher l'entrée.
presentation1.jpgpresentation2.jpg
 
Les butineuses s'accumulent devant l'orifice sans parvenir à rejoindre le reste de la colonie. A proximité, une ruchette contenant quelques cadres bâtis (alvéoles prêtes à l'emploi), si possibleun cadre de couvain (œufs, larves,...) et idéalement du miel et du pollen.
 
Evidement, ces sauvetages de colonies sont une activité chronophage et ne nous ont pas permis d’intervenir aussi souvent qu’on l’aurait voulu sur le rucher. Ils ont néanmoins permis s’accroitre le cheptel du rucher. Si bien que nous sommes même en excès de ruche par rapport à la surface disponible (nous serions reconnaissants à ceux d’entre vous qui ont des ruches à Valrose de les récupérer dans le courant de l’été).
Ceci dit l’ensemble des ruches se porte bien. Comme nous vous l’avions déjà laissé entendre le mois dernier, nous avons privilégié l’extension du rucher plutôt que la production de miel.
 
Une récolte se fera probablement d’ici la fin juillet. Nous ne manquerons pas de tenir informés ceux d’entre vous qui ne sont pas en vacance pour qu’ils y participent.
 
Les frelons n’ont pas encore vraiment fait leur apparition mais cela ne serait tarder. Si certains d’entre vous se sentent une âme de Frelon serial killer, qu’ils ne se privent pas de passer au rucher : nous laissons toujours une raquette de badminton et une tenue à disposition. Lâchez-vous et pratiquez votre coup droit en prenant soin toutefois de ne pas trop taper sur les ruches.
 
Les prix que nous avons reçus (Trophées de l’environnement, de la caisse d'épargne côte d'azur et celui des Bikers Solidaire de la Société Norsys) nous permettent de bénéficier d'un matelas confortablement garni pour gérer le rucher sans difficulté financière tout en développant nos projets. Mais bien au delà, il s'agit d'une reconnaissance de l'action que nous menons ensemble et nous pouvons nous en féliciter.
 
Nous avions évoqué la perspective de nous réunir autour d'un pique nique à Valrose avant l'été mais le temps a passé bien vite nous prenant de cours. Maintenant, la plupart d'entre nous va partir en vacance et ne sera pas disponible
Nous tâcherons donc de l'organiser à la rentrée sur la pelouse du parc un soir de septembre.
 
En attendant nous vous souhaitons à tous un très bon mois de Juillet et de bonnes vacances à ceux qui en prennent
 
L’équipe d’Apis Campus
Comme toujours, n’hésitez à nous contacter pour nous faire part de vos questions, de vos suggestions ou de vos critiques.
 
 A bientôt,
 
L’équipe d’Apis Campus.
 

mai 2016

Newsletter category: 
Lettre mensuelle du mois de mai.


Ce mois de mai a été, pour notre association, riche en événements apicoles (récupération d’essaims, visites,…) et d’autres qui l’étaient moins. En effet, nous sommes allés récupérer le prix que nous a décerné la ville de Nice aux 7e trophées de l'environnement (pour la création d’une rucher pédagogique et l’essor de nos projets) dans la bourdonneuse mairie principale. Nous avons profité de cette occasion pour inviter Madame l’adjointe à l'environnement qui présidait la cérémonie à visiter notre rucher. Bien que nous sachions très bien que ce qu’il en est des promesses, nous l'attendons avec impatience et la ferme intention de lui exposer les grands projets environnementaux que nous avons pour la communauté d’agglomération niçoise en matière d’implantation de ruche, d’aire de butinage etc…
Ceux d’entre vous qui reçoivent les alertes Facebook et/ou suivent notre actualité directement sur le site de l’association ne seront pas surpris d’apprendre que nous sommes également récompensés par le jury des projets solidaires de la Caisse d’épargne Côte d’Azur et que les bikers solidaires de la société d'informatique Norsys pédalent pour nos abeilles depuis le début du mois sur des vélos d’intérieur. Chaque km rapportera 1€ à l’association. A la mi-mai, ils avaient déjà parcouru 400 km! Une présentation succincte des projets que nous avons proposés est à votre disposition sur le site si vous voulez en savoir davantage.
Sachez également, que quelques particuliers ont manifesté leur intérêt pour notre action et souhaité faire un don !  Nous les en remercions chaleureusement ainsi que la Ville de Nice, la Caisse d'épargne Côte d'Azur et la société Norsys de Sophia Antipolis pour leur générosité envers les abeilles. En matière d’apiculture proprement dite, nous avons choisi, tel JC multipliant les biscuits apéritifs et troublant l’eau en pastis, de diviser nos colonies d’abeilles pour augmenter le nombre de ruche. De cinq il y a encore quelques semaines, nous affichons actuellement 11 ruches au compteur dont notre magnifique ruche tronc, une ruche warré et 2 ruches varoises. Deux d’entre elles ne sont que de passage et retourneront probablement chez leurs propriétaires dès que ceux-ci le souhaiteront. Evidemment, cette augmentation du cheptel se fait au détriment de la production de miel que nous consacrerons en totalité au nourrissage des abeilles cet hiver si la récolte est peu abondante.
Au titre des collaborations extérieures, nous avons installé une ruche dans le parc de la Villa Arson qui est venue rejoindre leur colonie sauvage qui occupe le tronc d’un olivier. Les ruches du collège Matisse que nous avons équipées d’essaims récoltés cette année se développent correctement bien qu'il ait fallu dépanner l'un d'entre eux avec un cadre de couvain.
Comme toujours, n’hésitez à nous contacter pour nous faire part de vos questions, de vos suggestions ou de vos critiques.
 
 A bientôt,
 
L’équipe d’Apis Campus.
 
 

avril 2016

Newsletter category: 
Lettre mensuelle  du mois d’avril 2016.
 
Bonjour à tous .
 
Ce mois d'avril a été riche en événements apicoles, comme tous les printemps. La saison de l'essaimage est bien partie puisque nous avons d'ores et déjà récupéré une dizaine d'essaims d'abeille dont certains sont décrits, photos à l'appui, sur le site web. Certaines de ces récupérations ont été couronnées de succès avec un enruchement stable et durable alors que d'autres n'ont pas fonctionné. En effet deux essaims sont repartis le lendemain de leur enruchement sans que nous ne sachions vraiment ce qui s'est passé. De plus la colonie récupérée en début de saison dans une cheminée a également fuit la ruche dans laquelle elle était installée malgré la présence de couvain. Ces 3 échecs resterons des mystères ! Il ne nous reste que 2 adhérents a satisfaire puis nous pourrons éventuellement proposer un deuxième essaim à ceux qui le souhaitent.

20160428_161205.jpg20160428_161407.jpgessaim2.jpg

Pour ceux dont les essaims sont bien installés, nous vous recommandons fortement de faire un comptage des varroas sur 24 heures. Si ce comptage dépasse 10 varroas/j, nous vous encourageons à traiter à l'acide formique selon le protocole décrit sur le site web dans l'onglet documentation.
Pour ce qui concerne les ruches du parc Valrose plusieurs d'entre elles ont essaimé et lors d’un visite en avril nous avons observé qu'elles ne contenaient plus de couvain. Cela est probablement dû au fait que la jeune reine qui a éclos dans la colonie n'a pas encore été fécondée et n'a donc pas encore pu remplacer la ponte de l'ancienne reine qui a essaimé. Nous devrions dans les jours qui viennent voir réapparaître la ponte de ces jeunes reines (enfin, nous l’espérons !). Nous avons été un peu surpris par la précocité des essaimages du rucher probablement dus à cet hiver si doux. Afin d'éviter l'essaimage (mais est-ce bien là notre objectif ?) nous aurions dû enlever certains cadres de réserve de miel et de pollen dans le corps pour les monter dans les hausses pour faire de la place, ou diviser les ruches en prélevant des cadre de couvain et de réserves pour les mettre dans une autre ruche. Certains préconisent de détruire les cellules royales régulièrement toutes les semaines mais d'autres prétendent aussi que l'apparition de ces cellules est signe de ce que l'on appelle la fièvre d'essaimage et qu'il est en général déjà trop tard pour éviter l'essaimage. Voir à ce sujet le très bon site de « Au bon miel ».
Au chapitre communication , comme vous l'aurez tous lu, nous avons renoncé finalement a participer à la fête du miel de Mouans Sartoux pour des raisons de divergence d'opinion et d'éthique et c'est bien dommage . Nous ne renonçons pas néanmoins à participer à cette fête l'an prochain  mais en  préparant bien le terrain en amont.
Notre projet de ruches de biodiversité a été retenu par la Fondation de la caisse d'épargne et nous devrions défendre ce projet devant un jury à la fin du mois. En gros le projet consiste à fabriquer une ruche tronc traditionnelle (merci à Gilles) et une ruche panier et à les équiper d’un module connecté. Le principaux paramètres (prise de poids, entrée sorties etc) de ces ruches dites de biodiversité car non exploitées (pas d’extraction du miel) et si possible non traitées seront comparés à notre ruche d’exploitation connectée. Cinq autres associations  ont été retenues dans des domaines très variés. Croisons les doigts !
Enfin, comme vous l’aurez peut être noté, depuis quelques jours, la ruche connectée est défaillante et nous ne reconcevons plus la totalité des données. Melixa nous fait parvenir cette semaine un nouveau module….
Comme toujours, n’hésitez pas non plus à nous contacter pour nous faire part de vos questions, de vos suggestions ou de vos critiques.
 
 A bientôt,
 
L’équipe d’Apis Campus.
 
 

mars 2016

Newsletter category: 
Chers adhérents, futurs adhérents ou sympathisants,
 
Vous trouverez ci-joint notre lettre mensuelle du mois de mars qui figurera également sur notre site web .
 
Bonne lecture à tous !
 
L’équipe d’Apis Campus
 
 
 
Association Apis Campus
Institut de Biologie Valrose (iBV)
Université Nice Sophia Antipolis
Parc Valrose, Bâtiment des Sciences Naturelles, Niveau 3
06108 Nice cedex 2FRANCE

Tel : 06 66 27 12 62 (Benoit) ou 06 07 43 52 81 (Laurent)
Fax : 04 92 07 61 70
mail : apis.campus@unice.fr
https://apiscampus.unice.fr/
https://www.facebook.com/Apis-Campus-UNS-Valrose-1470437049931460/
 
 
_________________________________________________________________________________________________________________________________
Lettre mensuelle  du mois de mars  2016.
 
Ce mois de mars a été ponctué de 2 sorties importantes dont les comptes rendus (CR) sont présentés sur la page d’accueil du site de l’association. Pour ne pas être redondants, disons simplement que le 18 mars nous avons réalisé une visité de printemps au cours de laquelle nous avons nourri les abeilles avec du sirop de glucose, fructose, saccharose (1/1/1) et que le 22 mars nous avons remplacé le corps vieillissant de la L2 (Langstroth n°2) par un corps tout neuf de Dadant (la transformant en D3). Nous avons également placé des hausses sur toutes les ruches sauf sur la ruche Dadant n° 1 (D1-connectée) encore trop faible.
 
Comme vous l’aurez peut-être noté, le site internet  de l’association a beaucoup évolué :
-          Nous avons commencé la traduction en anglais (pour une meilleure visibilité internationale) 
-          Vous recevrez bientôt un accès sécurisé pour publier vos photos et laisser des commentaires, suggestions, critiques (nous y tenons), petites annonces dans la langue de votre choix
-          Les CR de chaque sortie sont à votre disposition sur le page d’accueil (plutôt que vous les envoyer et surcharger vos boites mails)
                              -          Nous travaillions à l’élaboration d’une page dédiée au frelon
 
Lors des prochaines interventions, nous souhaiterions que ce soit vous qui manipuliez (préparation de l’enfumage, ouverture d’une ruche, examen des cadres…). Pour des raisons pratiques, vous interviendrez en groupe de six par séance. Afin que tous participent, nous établirons un calendrier qui sera consultable sur le site. A cet effet, merci de nous envoyer vos disponibilités en semaine entre 12 et 14h et de 17 à 19h. 
 
Les essaimages ont commencé, donc pour ceux qui sont intéressés, pensez à préparer une ruche équipée de cadres cirés et éventuellement une ruchette pour collecter l’essaim (un sceau en plastique ou une boite hermétique percés de nombreux trous de 3mm pour une bonne aération, peuvent faire l’affaire). Nous en avons 2 ou 3 mais il arrive que les essaims se bousculent par les belles journées de printemps. 
Quelques ruchettes vides ont été placées autour du rucher au cas où un essaim aurait la bonne idée de s’y installer (ce qui arrive assez souvent).
Soyez donc vigilants et au cas où vous verriez un gros nuage d’abeilles (dans le parc ou ailleurs), n’hésitez pas à le suivre des yeux et à nous appeler s’il se pose!
 
Lors d’une opération de sauvetage sur le toit d’un immeuble, Thierry et Benoit ont récupéré une colonie de plusieurs rayons (couvain + miel) d’1m20 de long sur 15 cm de large dissimulée dans le conduit d’une cheminée. Les images seront bientôt visibles sur le site. Malheureusement, lors du transport, un morceau de rayon a obstrué l’aération de la ruche et une partie de la colonie n’y a pas survécu. Les rescapées semblent continuer à s’occuper du couvain qui éclos petit à petit. Affaire à suivre...
 
Comme vous pouvez le voir sur le site, la ruche connectée (D1) apporte quotidiennement des données qui nous permettent d’observer l’évolution de la colonie. Ainsi, nous assistons depuis le 26 mars à une augmentation spectaculaire de son poids d’environ 3 kg en 11j corrélée à l’allongement de la plage horaire du trafic et de la quantité d’abeilles circulantes. Il est manifeste que les ressources en nectar et en pollen sont disponibles et que nos ruches ont toutes réussi à surmonter l’hiver.
 
Par ailleurs, le poids de la ruche qui augmente sensiblement en fin de journée (20h), diminue au cours de la nuit. Un pot de miel est promis à celui ou celle qui trouvera la solution à cette intrigante observation. Déposez, vos suggestions sur le site dès qu’un accès vous aura été attribué.
 
Nous vous avions écrit dans la précédente lettre mensuelle que nous concourions aux trophées de la fondation Norsys.  Les lauréats ont été publiés et nous n’en sommes pas. Il semble que l’on ne peut pas gagner à tous les coups!!!
 
Le 10 mars, nous avons assisté avec certains d’entre vous à un séminaire organisé par le CD06 sur le Frelon asiatique. Le bilan de cette première année lutte n’est pas fameux avec seulement 350 nids éliminés pour un coût de 95 K€. Il apparait qu’un manque de sensibilisation et d'information de la population, notamment au niveau communal, est à l’origine de la faible efficacité du dispositif mis en œuvre mais également de moyens efficaces pour localiser les nids. Il a été montré que le piégeage n’était ni spécifique ni efficace et délétère pour l’entomofaune. Le CD06 renouvelle son plan action à partir de juillet (recueil des signalements de nids, identification et destruction) et travaille à la conception de notice pour les élèves des classes de la 6ème à la 3ème. Notre association a été sollicitée pour participer à l’élaboration des maquettes pédagogiques qui seront disponibles à la prochaine rentrée scolaire. Face à l’expansion du frelon, et même si l’utilisation d’appât empoisonnés aux insecticides serait testé par l’ITSAP cette année, nous avons pu constater que les pouvoirs publics n’offrent aucune perspective prometteuse, laissant l’auditoire (apiculteurs professionnel et amateur) un peu désemparé. C’est pourquoi, il demeure important de contribuer à notre échelle en étant attentif à notre environnement et en signalant la présence des nids soit sur le site d’Apis Campus (qui relaiera l’information) soit sur celui du CD06. Les informations récoltées permettront de cartographier la progression du frelon et de détruire les nids les plus accessibles.
 
Enfin, nous vous informons que nous participeront à la 22eme fête du miel de Mouans Sartoux le dimanche 24 avril : si vous souhaitez participer avec nous à cette manifestation, n’hésitez pas à nous le faire savoir.
 
Comme toujours, n’hésitez pas non plus à nous contacter pour nous faire part de vos questions, de vos suggestions ou de vos critiques (ce que vous n’êtes pas nombreux à faire !).
 
 A bientôt,
 
L’équipe d’Apis Campus.
 
 
Association Apis Campus
Institut de Biologie Valrose (iBV)
Université Nice Sophia Antipolis
Parc Valrose, Bâtiment des Sciences Naturelles, Niveau 3
06108 Nice cedex 2, FRANCE

Tel : 06 66 27 12 62 (Benoit) ou 06 07 43 52 81 (Laurent)
Fax : 04 92 07 61 70
mail : apis.campus@unice.fr
http://apiscampus.unice.fr/
http://www.facebook.com/Apis-Campus-UNS-Valrose-1470437049931460/
 
 
 
 
 

décembre 2015

Newsletter category: 
lettre mensuelle de décembre 2015

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un hiver doux n’est pas une bonne chose pour les abeilles. Plutôt que de réduire leur activité et profiter de la température agréable de la ruche, les abeilles dépensent leur énergie (fournie par le miel) en sorties inutiles puisqu’à cette époque, malgré la floraison constatée du romarin, il n’y a plus rien à butiner.

Il en résulte une surconsommation des réserves de miel constituées par les abeilles et de celle que nous avions pris la précaution d'introduire dans les ruches (environ 8 kg/ruche) en prévision d'un hiver ordinaire. 
Pour contrôler les réserves, l’association a fait l’achat d’un peson .
Son utilisation consiste à placer le crochet sous un seul côté de la ruche et soulever alors que le côté opposé reste en appui sur son support. La valeur indiquée est multipliée par 2 pour obtenir le poids de la ruche. Voirhttp://www.abeille-et-nature.com/index.php…


Cette pesée a mis en évidence des disparités importantes entre les 5 ruches, la plus lourde (colonie la plus forte) pèse 40kg et la plus légère 25kg…

Pour pallier au déficit de réserves dans les ruches les moins garnies et pour que les colonies passent l’hiver sans une mortalité excessive, nous avons nourri, fin décembre. Le nourrissement, ciblé ou systématique, est une technique très courante qu’il est préférable de réaliser avec du miel. A cet effet, une partie de la production devrait lui être consacrée lors de la récolte. Ne disposant pas de réserve stratégique, nous avons apporté aux abeilles un sirop de sucre lourd (dissoudre 2,5kg de sucre/litre d’eau ou de tisane thym-romarin-mélisse, encore chaude, ajouter un verre de vinaigre de cidre et une c. à soupe d’eau de javel (optionnel) destiné à être stocké. Ce sirop présente l’inconvénient de cristalliser lorsque la température devient trop basse. Il devient moins facile à utiliser par les abeilles et risque de moisir. Lorsqu’il fait froid (et que cela s’avère nécessaire au sortir de l’hiver par exemple) il sera préférable de nourrir avec du candi commercial. Il est à noter qu’un sirop de sucre plus faiblement concentré (1kg/L) peut être utilisé en début et en fin de saison (printemps et automne) pour stimuler la ponte de la reine et favoriser l’accroissement du nombre d’abeille dans la colonie.

Voir les sites suivant pour d’autres conseils http://www.mathieua.fr/blog/le-nourrissement/…http://www.apiservices.com/…/ar…/nourrissement_hivernage.htmhttp://apiculture.beehoo.com/aout-2012-a-propos-du-nourriss… .

Il est bien évident que le nourrissement doit être réservé aux ruches en danger de disette. En aucun cas il ne doit être pratiqué au moment des miellées au risque de nuire gravement à la qualité du miel.

Nous allons poursuivre le nourrissement (sirop lourd ou candi) jusqu’à ce que les ruches les moins pourvues pèsent plus de 30kg.

Le traitement d’automne au thymol (voir http://adaprolr.adafrance.org/…/outil…/thymolconseil2010.pdf ainsi que la lettre d’octobre pour les détails) contre le Varroa Destructor débuté fin octobre a porté ses fruits puisque nous sommes actuellement sur des valeurs de chute naturelle tout à fait tolérables (env. 1 varroa/j pour la ruche la plus atteinte). Néanmoins, dés lors que nous n’observerons plus de couvain (anormal à cette époque), nous débuterons le traitement à l’acide oxalique. Pour les détails sur les traitements contre le varroa, nous vous invitons à consulter les lettres d’octobre et novembre disponibles sur la page Facebook de l’association.

Côté prédateurs, les frelons asiatiques ont maintenant totalement disparu du rucher….enfin ;-D

Encore une fois, si certains d’entre vous ayant adhéré récemment n’ont pas encore vu le rucher et souhaitent le visiter, n’hésitez pas à nous contacter pour qu’on l’organise. Il sera toujours envisageable de profiter d'une belle journée ensoleillée pour vérifier l'état de la colonie et des réserves ainsi que l'éventuelle présence de couvain.

L’association Apis Campus a été invitée le samedi 5 décembre à participer au colloque des Médecines Complémentaires Non Conventionnelles à la faculté de médecine de Nice http://omnc.unice.fr/?page_id=241. Nous y avons animé un stand pour informer sur l'importance de l'abeille dans notre environnement, les dangers qui la menacent et les vertus de l'Apithérapie. Les interactions avec le public et l’organisation du colloque ont été très intéressantes et la perspective de créer un rucher à vocation "thérapeutique" a été évoquée avec quelques médecins…. Affaire à suivre.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.

A bientôt,

L’équipe d’Apis Campus.

novembre 2015

Newsletter category: 

Lettre mensuelle novembre 2015 :

Avec l’arrivée de l’hiver l’activité des abeilles se fait de plus en plus discrète. Néanmoins, lorsque le soleil frappe les ruches de ses rayons, c'est-à-dire entre 11h et 14h, les abeilles sont presque aussi actives qu’en été. ;-D (voir ci-sessous).

Le traitement d’automne au thymol (http://adaprolr.adafrance.org/…/outil…/thymolconseil2010.pdf ainsi que la lettre d’octobre pour les détails) contre le Varroa Destructor débuté fin octobre est à présent terminé. Les résultats sont très satisfaisants puisque le niveau d'infestation des deux ruches les plus contaminées est passé de 300 à moins de 5 varroas par jour (plateau grillagé muni d’une plaque permettant le comptage) en 6 semaines de traitement. Seule une ruche présente encore des taux > à 10 varroa/j ce qui nécessitera de poursuivre le traitement quelques jours.

Les plus avisés d'entre nous, et bientôt les mieux informés, demanderont pourquoi cesser le traitement puisqu'il subsiste encore des parasites?
Le facteur majeur limitant l'intérêt de ce traitement est la chute de la température extérieure. Trop basse, celle-ci ne permet plus au thymol d'être pleinement actif.
Par ailleurs, comme cela est illustré dans le schéma attaché.

(et pour plus de détails concernant la biologie du varroa,http://www.beekeeping.com/articles/fr/vandame/vandame1.htm ), les varroas sont pondus dans une alvéole occupée par une larve d'abeille et remplie de bouillie nourricière. Devenus adultes après seulement 8j (le cycle de l'abeille compte environ 21j), les varroas restent séquestrés et se reproduisent dans l'alvéole jusqu'au moment où la nymphe devenue imago (jeune abeille) déchire la cire d'operculation et permet leur dissémination dans la ruche. Or, en cette saison la reine a normalement arrêté de pondre et les varroas subsistants ne parasitent plus que les adultes.
Enfin, il arrive d'observer durant les premiers jours qui suivent la pose de la bandelette de thymol qu'une quantité substantielle d'abeilles quitte transitoirement la ruche pour dormir dehors. En cette saison, les nuits devenues trop fraiches risqueraient de les tuer.

Ainsi, nous allons bientôt mettre en œuvre la deuxième étape du traitement biologique que nous avons choisi d’appliquer aux ruches plutôt qu'un acaricide commercial. Il s'agit du dégouttement à l’acide oxalique pendant l’hiver. La dernière phase, estivale, consistera laisser des vapeurs d'acide formique se répandre dans la ruche. Nous vous tiendrons informé du moment où nous choisirons d'intervenir afin que nous puissions le faire ensemble.

Du côté des prédateurs, c'est encore la baisse des températures (sans doute insuffisante encore) qui agit et les frelons asiatiques sont maintenant très rares au rucher.

Comme nous vous le disions déjà le mois dernier, les interventions sur les ruches seront limitées au cours de l’hiver. Si certains d’entre vous ayant adhéré récemment n’ont pas encore vu le rucher et souhaitent le faire, n’hésitez pas à nous contacter pour que l'on organise une visite. Il sera toujours envisageable de profiter d'une belle journée ensoleillée pour vérifier l'état de la colonie et des réserves ainsi que l'éventuelle présence de couvain.

L’association Apis Campus a été invitée ce samedi 5 décembre à participer au colloque des Médecines Complémentaires Non Conventionnelles qui se déroulera dans la faculté de médecine de Nicehttp://omnc.unice.fr/?page_id=241 . Nous animerons un stand pour informer sur l'importance de l'abeille dans notre environnement, les dangers qui la menacent et les vertus de l'Apithérapie. Nous en profiterons pour présenter nos objectifs et vous représenter. Pour ceux d’entre vous que l’Apithérapie intéresse, nous vous conseillons le lien suivant http://vevebm.free.fr/…/B…/Les_bienfaits_de_lapitherapie.pdf.

Sur un plan pédagogique, des démarches administratives ont été entreprises par la direction et un membre de l'équipe enseignante du Collège Matisse afin d'installer 3 ruches sur ce site. Nous avons été très heureux d'être sollicités pour participer à ce projet et que les membres de cette équipe dynamique aient rejoint notre association.

Enfin, nous avons déposé un dossier aux «Les 7èmes Trophées de l'environnement » de la Ville de Nice https://www.nice.fr/…/les-7emes-trophees-de-l-en…/decouvrir…. Résultats en Janvier 2016!

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.

A bientôt et bonnes fêtes à toutes et à tous.

L’équipe d’Apis Campus.

Pages